Humour et histoires drôles - mots d’enfants, histoires presque vraies, histoires de blondes, d’ingénieurs, de médecins et d’avocats... à lire ou à compléter en déposant vos histoires

Publicité
 

Quelle douche !

Le 10 mai 2006

Au lit l’autre soir avec ma femme, la température montait rapidement.

Au moment de passer aux choses sérieuses, elle m’arrête et me dit :
  Non, mon amour, je ne le sens pas bien. Je n’en ai pas spécialement envie, je voudrais seulement que tu me prennes dans tes bras. Tu n’es pas assez en phase avec mes besoins émotionnels de femme pour que j’aie envie de satisfaire tes besoins sexuels d’homme.

Devant mon regard ébahi, elle enchaîne :
  Je voudrais que tu m’aimes pour ce que je suis, pas pour ce que je fais pour toi au lit.

Comprenant que rien ne se passerait ce soir-là, je n’insistai pas, je me retournai et m’endormis avec peine.

Quelque temps après

J’avais des congés à récupérer, et je décidai de passer la journée avec mon épouse. Après un dîner dans un petit restaurant sympa, je l’emmenai dans un grand magasin de mode, où je l’invitai à essayer divers vêtements sous mon regard intéressé.

Pendant un long moment, elle essaya tout ce qui lui tombait sous les yeux, et parada devant moi comme une star. C’était la première fois que je restais aussi longtemps avec elle dans un magasin. Finalement, deux robes retinrent spécialement son attention. Comme elle avait du mal à se décider, je lui suggérais de prendre les deux.

A l’étage suivant se trouvait le rayon des chaussures, et, si j’ai bien compris, il semblait indispensable d’en une paire neuve pour chaque nouvelle robe. Une jolie paire de boucles d’oreilles lui faisait également de l’oeil, hop, dans le panier.

Croyez-moi, ses yeux brillaient de plus en plus ! Je la connais, je voyais monter en elle une forme d’excitation indescriptible. Elle voulut même me tester, pour voir jusqu’où j’irai, car elle s’intéressa aux bracelets de tennis : elle n’a jamais tenu une raquette, mais je lui répondis oui.

Puis il y eut quelques paires de bas, de la lingerie, un foulard, les rayons de parfums, maquillage & autres bricoles...

Finalement, elle me regarda avec des yeux pétillants comme du Champagne et me dit :
  Ca va être cher tout ça, j’arrête et on passe à la caisse ?

Quand je répondis :
  Non, mon amour, je ne le sens pas bien !

elle fut stupéfaite et resta bouche bée. Je lui expliquai :
  Je n’en ai pas spécialement envie, je voulais simplement te voir habillée ainsi. Tu n’es pas assez en phase avec mes capacités financières d’homme, pour que je puisse satisfaire tes désirs d’achats de femme.

Et, comme elle me fusillait du regard, j’ajoutai :
  Je voudrais que tu m’aimes pour ce que je suis, pas pour ce que je t’achète.

Post-Scriptum :

Ça n’a pas dû améliorer les relations !
 

Poster un commentaire

modération à priori  

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.
Notez que pour éviter le spam, un commentaire comportant un ou plusieurs liens URL sera presque toujours modifié ou supprimé.

Un message, un commentaire ?  

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)  

 

A propos de cet article

Dernière mise à jour le :
26 mai 2006
Statistiques de l'article :
4579 visiteurs cumulés
Mots-clés :
, , ,

Vous aimez cette histoire? Partagez-la!

audience mesurée par
 

La citation du jour


 
 
Publicité

Comment créer ce site et son référencement | SPIP 1.9.1 | BliP 2.2 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 161 (1014488)