Humour et histoires drôles - mots d’enfants, histoires presque vraies, histoires de blondes, d’ingénieurs, de médecins et d’avocats... à lire ou à compléter en déposant vos histoires

Publicité
 

Une guerre évitée de justesse

Le 9 avril 2010

Saddam Hussein prenait tranquillement l’apéritif sous sa véranda lorsque le téléphone se mit à sonner.


- Bonjour Monsieur Hussein. Ici Yann, du FLB-ARB. Nous vous annonçons que nous allons vous déclarer la guerre.
- Soyez raisonnable, Yann, répondit Saddam Hussein en riant. Vous les Bretons, vous n’avez aucune chance. J’ai un millier d’avions de chasse, des dizaines de bombardiers. Je peux brûler la Bretagne au napalm si je veux et quand je veux...
- OK, attendez deux secondes, j’en parle à mes camarades lui répond Yann.

Une minute après, il revient :
- Vous êtes toujours là, Monsieur Hussein ? Bon, nous maintenons notre déclaration de guerre. Pour brûler la Bretagne, avec le temps qu’il fait en ce moment, vous n’y arriverez pas.
- Mais j’ai des tanks et des automitrailleuses, par centaines. Et vous ?
- OK, attendez deux secondes, j’en parle à mes camarades lui répond Yann.

Une minute après, il revient :
- En ce qui concerne les véhicules, j’ai une 205, et mes amis ont aussi des voitures et même des motos. Finalement, vos tanks ne nous font pas peur. On maintient notre déclaration de guerre.
- Mais enfin, réfléchissez ! Vous êtes combien de combattants ?
- Une bonne dizaine, rien qu’en comptant ceux de Dirinon, de Pencran et de Loperhet. Et en appelant ceux de Landerneau et ceux de Plougastel, on peut se retrouver à cinquante vite fait.
- Moi, répond Saddam Hussein, j’ai plus de cinquante mille soldats bien entraînés, armés jusqu’aux dents.
- OK, attendez deux secondes, Monsieur Hussein, j’en parle à mes camarades lui répond Yann.

Une minute après, il revient :
- Vous êtes toujours là, Monsieur Hussein ? Bon, nous avons discuté, et nous avons pris une décision. Finalement, nous ne vous déclarons pas la guerre.
- Très bien... Et qu’est ce qui vous a fait changer d’avis ? demande alors Saddam Hussein.
- Eh bien, ce sont vos cinquante mille soldats... Nous nous sommes rendu compte que nous n’avons pas les moyens d’entretenir autant de prisonniers.

 

Poster un commentaire

modération à priori  

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.
Notez que pour éviter le spam, un commentaire comportant un ou plusieurs liens URL sera presque toujours modifié ou supprimé.

Un message, un commentaire ?  

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)  

 

A propos de cet article

Dernière mise à jour le :
4 mai 2010
Statistiques de l'article :
2156 visiteurs cumulés
Mots-clés :
, ,

Vous aimez cette histoire? Partagez-la!

audience mesurée par
 

La citation du jour


 
 
Publicité

Comment créer ce site et son référencement | SPIP 1.9.1 | BliP 2.2 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 121 (1005207)